Témoignages

Vous êtes ici : Accueil > L'Eutonie > Qu'est-ce que l'eutonie m'a appris ?

  • Eutonie ? vous avez dit eutonie ?

Mais que veut dire ce terme ? C'est une des premières questions que je me suis posée. Ne sachant pas ce qu'était l'eutonie, j'ai entamé de petites recherches à ce sujet pour en savoir davantage. Après la première séance, je pensais comprendre ... mais j'étais encore dans le flou. 
    C'est au fil des séances que j'ai commencé à mieux comprendre par des manipulations différentes d'objets tels la balle de tennis, les bambous, les marrons, les chausettes de marrons ... Je me suis rendue compte qu'avec de simples objets, on pouvait travailler pas mal de choses par cette pratique. En effet, grâce à l'eutonie, on peut travailler la posture, le tonus, on peut rééquilibrer différents dysfonctionnements du corps (dos) ...
    Personnellement, ayant déjà un attrait pour tout ce qui tourne autour du bien-être comme les pratiques de massages, les techniques de relaxation, je dirai que j'ai beaucoup apprécié la plupart des séances notamment celles où l'on a travaillé avec la balle de tennis, avec les marrons ou la chausette de marrons. Lors de ces séances, j'ai pu constater que parfois, je m'occupe mal et pas assez de mon corps et qu'il est important d'y faire attention. Je ne me rends pas toujours compte de ma posture (dos rond, pieds trop écartés, mauvaise position assise, ...) Je ne pensais pas qu'un simple marron, une balle de tennis ou encore des bambous pouvaient avoir des bienfaits sur mon corps. C'est seulement lorsqu'on en parle et qu'on fait prendre conscience aux personnes que leur posture est mauvaise, qu'un déclic est possible. En bref, très souvent, on ne fait pas attention à son corps.
J'ai trouvé ces séances très enrichissantes dans le sens où j'ai appris de petits trucs et astuces tant pour ma profession que pour ma vie privée. Je dois dire qu'actuellement, je n'hésite pas à mettre en pratique les exercices que j'ai découverts pendant ma formation en psychomotricité. Et je les applique aussi bien au sein de ma famille, qu'avec des amis ou des usagers (stages). Pendant mes séances en psychomotricité, je commence à adapter l'eutonie lors du retour au calme, de la relaxation et du relâchement du tonus musculaire. Je pense que beaucoup de monde ne connaît pas encore réellement l'eutonie. Qu'attendons-nous alors pour faire découvrir cette pratique autour de nous ?
- Une étudiante en psychomotricité
  • Que signifie « Eutonie » ?

Avant de commencer ce cours, j'ignorais l'existence de l'eutonie, ainsi que sa signification.

Grâce à cette année de spécialisation, j'ai appris que cette méthode nous permettait une certaine découverte et prise de connaissance de notre corps en travaillant sur les mouvements, la relaxation et détente du corps mais surtout sur notre bien-être.

L'eutonie me permet d'entrer en contact avec tout ce qui m'entoure : sensation du sol, du bâton, du bamou, des balles, des marrons ... sur le corps. Pour ma part, j'ai constaté que ces objets, petits et simples, me permettaient de ressentir une certaine sensation de bien-être, surtout lors de la séance de massage avec un sac rempli de marrons.

Durant les séances d'eutonie, j'ai eu l'occasion d'expérimenter quelque chose que je n'avais jamais effectuée auparavent : faire travailler une partie de mon corps et sentir l'espace que celle-ci prend (après l'effort) par rapport à l'autre partie.
Par exemple : quand je fais travailler mon pied gauche en le frottant contre le sol, en faisant des mouvements circulaires... je constate après le "travail", qu'il prend plus d'espace, qu'il est plus léger que le pied droit non travaillé. Je pense que la force du sol remonte en moi et permet au pied de prendre de l'espace.

Je constate également que le cours d'eutonie nous permet de réfléchir davantage aux mouvements que nous effectuons tous les jours (la marche, porter un objet, ...) et auxquels on ne pense pas.

Par exemple :

  • Quand nous marchons, quel espace prenons-nous ?
  • Lorsqu'on veut porter un objet, on ne prend jamais le temps de réfléchir au mouvement à effectuer pour éviter de se faire mal.
  • On a tendance à se pencher en avant plutôt que de fléchir les jambes.
- Une élève en eutonie